Test du filament ROSA3D PLA Starter PEARL GOLD

Bonjour à toutes et tous, 
Aujourd’hui, nouveau test de filament ROSA3D, société polonaise qui nous a habitué à ses filaments de très bonne qualité et qui sort depuis peu, une nouvelle gamme, PLA STARTER.

Rosa3D Peal Gold 01 a
Carton neutre, QR code et toutes les infos dispo, que du bon!
Rosa3D Peal Gold 01 b
Certains aiment que les bobines soient bien enroulées… c’est le cas!

Présentation du ROSA3D PLA Starter Gold

Je ne reviendrai pas sur la marque, que nous commençons à bien connaître, et je passe directement au vif du sujet! Avec la gamme STARTER, ROSA3D veut proposer non pas des filaments d’entrée de gamme, mais destinés aux débutants dans le monde de l’impression FDM.

Comme à son habitude, la marque fait bien les choses: sur la page dédiée au filament, on retrouve toutes les informations nécessaires, ainsi que la documentation avec la TDS (fiche technique) et la MSDS (fiche de sécurité). Donc le filament est orienté débutant, ce qui laisse supposer qu’il doit être facile à imprimer, même en allant sur des projets de plus en plus complexes. Sur le papier, le filament a peu de retrait, pas d’odeur, et se caractérise par une forte adhésion inter-couche et un beau rendu des détails.
Il est constitué de biopolymer biodégradable compatible alimentaire, mais la marque précise bien que ça ne garantit pas la certification du produit fini.

En résumé :

  • Biodégradable
  • facile à imprimer
  • contact alimentaire possible
  • Grande précision
  • gamme de couleur étendue
  • inodore

Le filament arrive en bobinage transparent de 800grs, dans un carton neutre, la moindre des choses pour un filament “bio”, au logo de la marque.

Les tests

A filament pour débutant, je lance une impression bille en tête, en respectant les réglages standard pour le PLA: buse à 200°c / plateau à 50°c. Et là, c’est le drame! Comme vous pouvez le constater…c’est doré (pas comme Julien), mais ça ressemble à tout sauf à un cochon…!!
Hormis la première couche, très belles, du stringing, pas d’adhésion entre les couches…

On commence par re-nettoyer le plateau et refaire le niveau, je nettoie tout, je règle le plateau aux petits oignons, je valide avec un autre PLA… RAS… c’est bon

Je lance une nouvelle impression, de simples barres… hé ben pas mieux!! Warping, stringing et tous les mots en « ing » de l’impression 3D!

Filament pour débutant qu’ils disent ?? Rien n’est moins sûr!

Bon, on va faire ça comme les débutants, on va passer par des tests simples: tour de température et benchy…
La tour de température est un franc succès…( tellement loupé, que je n’ai même pas mis de photos…)
Et la série de Benchies me sert à affiner les réglages: pour sortir ce filament correctement, il ne faut pas une ventilation à plus de 50% (sur l’ORTUR OBSIDIAN), température à 220°c (buse acier, donc sur une buse laiton, 210/215 devrait suffire) et pour finir, une hauteur de couche max à 0.24mm.

Si je ne respecte pas l’une de ces conditions, c’est l’échec assuré, les couches n’adhèrent pas entre elles, ou j’ai du warping…

Par contre, une fois maîtrisé, le rendu est plutôt sympa, d’autant plus avec la faible hauteur des couches! La couleur dorée orientée foncée est plutôt jolie et permet de faire de belles décorations (de Noël) par exemple.

Les résultats sont précis et détaillés. On peut même l’utiliser pour des impressions plus “techniques”.


Par contre, dernier point, l’odeur… la marque précise qu’il est inodore… ce qui n’est pas le cas: en lançant une impression de plusieurs heures dans une pièce close, je vous garantie que lorsque l’on rentre dans la pièce, l’odeur est plus que perceptible…

En conclusion sur le ROSA3D PLA Starter PEARL Gold

Compte tenu des résultats, une fois les bons paramètres adoptés, je ne peux dire que le ROSA3D STARTER PEARL GOLD soit un mauvais filament. Mais clairement, vu la difficulté initiale, il manque sa cible qui est, je le rappelle, de pouvoir imprimer facilement quand on est débutant. 

Et clairement, vu mes tests, je pense – sauf à avoir une bobine défectueuse?- qu’il lui manque la tolérance propre à ce type de produit: à savoir d’imprimer sur une large plage de température, avec ou sans plateau chauffant et une ventilation standard.

Si je devais le noter, je lui mettrai 3/10 pour les débutants et 8/10 (généreusement pour la colorimétrie!) pour un habitué de l’impression. 

Pour ma part, de la gamme de filaments de la marque, c’est celui qui m’a le moins convaincu. Débutant ou non, je vous conseillerai plutôt de rester sur les PLA standards de la marque, ou  sur le SILK (je commence d’ailleurs les tests d’un cuivre).

Mise à jour

En complément, je teste depuis peu l’imprimante NOVA COSMYX.
S’agissant d’un bon modèle, je me suis dit que j’allai y essayer le ROSA STARTER GOLD, voir si le résultat était en adéquation avec mes autres imprimantes.
Le fait est que malgré une bonne imprimante et un bon départ, on en arrive au même résultat..

Rosa3D Peal Gold 11
Au centre, le cube avec le Starter, profil standard PLA…
A gauche après le passage au four.
A droite le silk Copper, en réglage standard.

Par contre, bien que le filament ne crépite pas plus que ça, j’ai fait un énième test… en passant la bobine au four, à 50°c pendant 2h…
Après cette cuisson basse température, le résultat est sans commune mesure! Enfin il s’imprime bien! Problème de formulation ou d’humidité (sur une bobine neuve et parfaitement emballée?!…)

Rosa3D Peal Gold 13
Benji de test FLSUN en mode ultra rapide.

Test réalisé par Fitzgérald Duchemin pour Nozzler.fr

close

RELAX 😎
Inscrivez-vous pour recevoir nos dernières offres directement dans votre boîte mail. Pour en savoir plus, consultez notre Politique de confidentialité.

NOZZLER
Logo