Test de la FLSUN V400

FLSUN V400 image47

Salut à toutes et tous, chers amis Makers, vous imaginez quelle joie pour moi, amateur de Delta et utilisateur d’imprimante Flsun depuis longtemp, de vous donner mes premières impressions sur la tant attendue Flsun V400.

Alors V400, pour vitesse de print = 400 mm/s ! Le nom était vite trouvé! Evolution de la SR ? Selon moi non, pas du tout: nous avons bien à faire ici à une toute autre machine et sûrement pas à une amélioration de la SR comme j’ai déjà pu le lire ailleurs. N’en déplaise à certains, les deux machines cohabitent dans la sphère des imprimantes à architecture Delta haut de gamme, sans se concurrencer, la V400 vient élargir le choix que propose la marque Flsun aux consommateurs, avec une machine grand public (certaines notions vous seront toutefois indispensable), haute performance, pour makers exigeants.

1 – Unboxing / build / spécificités :

Je m’excuse par avance pour la longueur de cette partie, mais je tiens vraiment à vous détailler le plus possible la V400, et nous avons pas mal de choses à voir ensemble, alors couchez les enfants, essayez de faire comprendre à votre compagnon que “oui je suis obligé de lire cet article ! c’est quand même la V400” (même si ce même compagnon qui partage votre vie n’a toujours pas compris pourquoi vous êtes aussi accro à votre bébé, pardon à votre imprimante 3D) installez vous confortablement et bonne lecture, comme à mon habitude, les commentaires sont sous les photos :

FLSUN V400 image41
FLSUN V400 image5

Comme à son habitude Flsun soigne énormément le packaging, toutes les pièces sont bien calées, c’est très agréable à l’ouverture du carton, ici vous pouvez voir les trois armatures verticales en alu, ces pièces sont usinées à la perfection et leur conception les rendent bien rigides et stables, stabilité qu’il est nécessaire d’obtenir vu les vitesses d’impression annoncées.

FLSUN V400 image12
FLSUN V400 image32

Voilà ce que vous allez retrouver dans le sachet de consommable :

  • l’ensemble de la visserie (2 types de vis différentes seulement, gage de simplicité de montage
  • un chiffon micro-fibre
  • une thermistance
  • une sonde de température
  • une pince coupante
  • des colsons
  • un jeu de clefs
  • un tube de graisse mécanique
  • un tournevis
  • la notice de montage
  • un clef USB dont la copie est disponibe sur Nozzler.fr
  • le capteur de leveling, toujours le même fourni par Flsun

À noter qu’il n’y a pas de buse de rechange, c’est assez rare pour le signaler.

FLSUN V400 image17
Les caches plastiques pour fermer le haut des montants en aluminium.

FLSUN V400 image82
FLSUN V400 image48
Le petit tripod pour vous permettre de maintenir “l’ordinateur” de commande de l’imprimante.

FLSUN V400 image76

Le traditionnel câble d’alimentation, ne me demandez pas ce que fait cette photo ici, mais bon … je l’ai prise alors je vous montre ce superbe câble qui vous fera oublier tous les autres câbles que vous avez pu voir jusqu’à maintenant -joke-.

FLSUN V400 image63

Regardez cette main magnifique ! …. Enfin non, concentrez vous plutôt sur les montants mobile de soutien de la tête d’impression, tout en carbone, ressorts intégrés. Ils sont légers, et le look carbone, franchement ça en jette !

FLSUN V400 image27

De la gauche vers la droite :

  • L’écran “ordinateur” de contrôle de la V400
  • Le capteur de fin de filament
  • La base avec le Bed en PEI texturé sur une base magnétique
  • Le top avec en son centre l’ensemble des connectiques reliant la tête d’impression
  • La tête d’impression
  • Une petite bobine de 250g de PLA blanc
FLSUN V400 image89
FLSUN V400 image16

Ici le capteur de leveling, qui consiste en un simple interrupteur qui vient se positionner magnétiquement sous la tête d’impression pour réaliser le palpage du plateau lors de la phase d’auto-leveling. Pour les habitués de la marque, vous ne serez pas surpris. Au passage je vous rappelle que nous sommes sur une architecture Delta, le plateau ne bouge absolument pas et n’est pas sur ressorts, donc un système plus précis genre BLtouch ou TouchMi n’est d’aucune utilité.

Attardons-nous sur la tête d’impression :

FLSUN V400 image58

Ici vue de face, un bel emblème estampillé V400 lui donne un look agressif, prêt à manger du plastique ! Vous apercevez le ventilo du heatbreak qui est juste derrière.

FLSUN V400 image54
FLSUN V400 image57
FLSUN V400 image3

Plusieurs vues du dessous : pas de panique, la blanc que vous apercevez n’est pas une fuite mais un mastic colle qui vient combler les petit espaces entre la chaussette en silicone et le bloc de chauffe. Vous pouvez voir que le bloc de chauffe est massif, bien usiné, et d’excellente facture, il englobe bien tous les éléments : buse, thermistance et sonde de température, un bloc de chauffe taillé pour monter à 300° : ce qui implique que vous pourrez imprimez : PLA de tous types, le TPU ou flex, le PETG, et surtout le Nylon.

Deux gros ventilateurs radiaux entourent la tête pour refroidir le matériau avec des fans ducts assez bien orientés et designés.

Vous pouvez voir que la tête est équipée de LED d’éclairage, collées directement sur la plaque d’alu de support de la tête, intégration superbement bien réalisée.

La buse quant à elle est bimétal, sans insert PTFE, ce qui lui permet d’atteindre les fameux 300°.

Passons à l’extrudeur :

Il ne vous aura pas échappé que la machine est en direct drive, malgré le petit bout de PTFE qui sert juste de guide filament, Flsun a travaillé sur cette extrudeur propriétaire pour assurer un gros débit de filament en s’appuyant sur un moteur type orbiteur ou encore, comme vous avez pu le lire surement “pancake”, surnom qui est en rapport avec sa forme :

FLSUN V400 image4

Ici le moteur pancake, vous voyez au dessus un petit raccord pneufit avec un petit morceau de PTFE qui vous aidera à juste guider le filament vers la buse. C’est un extrudeur Direct Drive Dual Gear qui affiche sur la balance 135 grammes.

FLSUN V400 image8
FLSUN V400 image50

Point négatif sur cette photo, on aperçoit l’un des engrenages en plastique … j’espère que Flsun a bien mesuré l’impact d’une telle pièce en plastique ici même, les frictions et rotations vont être intenses, seul le temps nous validera ce choix discutable.

FLSUN V400 image55

Ici le capteur de fin de filament, équipé d’un éclairage interne bleu, personnellement j’aurais préféré un détecteur optique plutôt que mécanique comme c’est le cas ici, mais il fait le boulot. A savoir : lorsque le filament est fini, la routine de la machine veut que la tête s’avance vers le devant de l’imprimante, ce qui rend bien plus facile le changement de filament que lorsque la tête reste plantée en plein centre de la machine.

FLSUN V400 image95

Le plateau de construction est bien mieux inseré dans la base, le PEI magnétique est soutenu par une plaque en aluminium de 5mm afin de s’assurer la planéité qui avait fait parfois défaut sur la Super Racer. L’accroche est parfaite, puis il vous suffit de soulever légèrement le PEI en le courbant un peu pour que votre impression se détache sans forcer. L’autre face est lisse, non destiné à l’impression, mais si vous lisez mon test sur la Ender S1 Pro vous verrez que cette surface lisse peut s’avérer bien pratique …

FLSUN V400 image61

Zoom sur l’ensemble des connexions des fils alimentant la tête d’impression, au plafond du top, c’est propre, code couleur, easy !

FLSUN V400 image10

ici c’est la même pièce que la photo précédente, mais cette fois dans le top, le tout étant relié à la carte mère. Vous remarquerez en blanc l’indication du cablâge.

FLSUN V400 image90

Vu global du cable management, c’est aéré, propre, le tout refroidit pas un énorme ventilateur.

FLSUN V400 image74

Zoom sur la carte Robin Nano V2 (les plus observateurs verront que la carte Wifi n’est pas ici …), les TMC silencieux sont refroidit par ce gros ventilateur très silencieux, la colle malheureusement vient encore sécuriser les connections, une vraie plaie à retirer si vous devez intervenir sur la machine… Je ne suis pas fan de cette colle appliquée sur les connectiques mais bon ça n’engage que moi… 

FLSUN V400 image18

Mon superbe index de maker pointe ici les discrets dumpers en silicone qui remplissent parfaitement leur tâche d’absorption des vibrations et empêchent ainsi la résonance des moteurs dans l’ensemble du top et sur la structure en générale, silence garanti !!!

FLSUN V400 image96
FLSUN V400 image91

Les moteurs et leurs câbles d’alimentation dédiés sont identifiés avec de petites étiquettes pour vous aider pendant le montage de la V400, si vous vous trompez, et bien sachez qu’un RDV chez l’ophtalmo prend plus d’un an …

FLSUN V400 image86
FLSUN V400 image69

Non je n’ai pas bu pour vous montrer ces deux photos, fini les rails linéaires, place au rails de chemin de fer, je m’explique, si vous vous souvenez, une marque qui est présente sur Nozzler : Ortur pour ne pas la citer, avait déjà inauguré ce genre de rail pour la Ortur 4 V2, il s’agit de roues en métal pris en sandwich de deux rails (un rail – des rots ? j’avoue avoir hésité) métalliques (qu’on aperçoit en brillant sur la deuxième photo), extrêment robuste et transmettant la vitesse bien plus efficacement que les rails linéaire de la SR, cependant, je vous recommande une huile de lubrification type Facom Haute résistance friction et température, longue durée. En principe, ce système demande moins d’entretien.

FLSUN V400 image24
FLSUN V400 image92
FLSUN V400 image93

Sur ces trois photos vous pouvez voir l’intégration dans le top du capteur de fin de filament, c’est très élégant.

FLSUN V400 image25
FLSUN V400 image51
FLSUN V400 image53

La notice est très fournie en explications, en couleurs, il ne vous faudra pas longtemps pour venir à bout du montage de la V400.

Abordons maintenant l’écran “ordinateur” de contrôle :

FLSUN V400 image1

Depuis le début de l’article vous me voyez écrire le mot ordinateur, pourquoi ? en réalité se cache derrière ce grand écran tactile IPS HD couleurs de 7” une électronique musclé, équipé d’un contrôleur de type orange Pi : processeur 4 cœurs 1,6GHz, 1Go de mémoire vive de type DDR4 et 16Go de stockage, carte Wifi rien que ça !!! 3 port USB sur les côtés, un port carte SD sur le dessus, bref, bien plus qu’un simple écran de contrôle. Le tout permettant des accélérations à 8000 mm/s².

FLSUN V400 image75
FLSUN V400 image13

Comme vous pouvez le voir, Flsun tourne la page de l’ère Marlin pour entrer dans l’ère Klipper (firmware open source) qui est entièrement configuré pour une utilisation immédiate, et c’est là que Flsun tape fort sur la concurrence, pour ceux qui connaissent Octoprint, c’est un peu l’idée. L’interface web, une fois connecté en Wifi vous permet de prendre le contrôle complet des plus fins paramètres de votre machine (comme la vitesse angulaire par exemple … je sais que j’en piège plus d’un avec ce truc barbare) mais comme je ne veux pas vous perdre je ne m’étendrai pas sur ces points ultra spécifiques. Sachez juste, par exemple, que par simple « invite de commande » et après avoir acheté la caméra compatible, vous pouvez équiper rapidement votre V400 d’un système de vidéosurveillance, vous permettant en prime de faire les fameux Timelaps si satisfaisants.

En bas de l’article et pour les plus curieux je vous mettrai plusieurs liens que j’ai potassé durant 2 nuits et qui m’ont aidés à mieux comprendre le fonctionnement de la V400, au passage je remercie mon copain Cyril Ghislain, avec lequel j’ai beaucoup échangé pendant les tests de la V400, un grand merci à toi mon Cyril.

Retrouvez la vidéo de l’Unboxing & Build :

L’interface web et la connection WIFI :

L’interface web Mainsail (lien aussi en fin d’article), rapide, légère, réactive donne à Klipper plus d’intuitivité et de simplicité, en effet on est rapidement dans le bain et rien ne semble compliqué à comprendre, on retrouve tous les paramètres, les screenshots suivants vous donne un aperçu de ce que vous voyez dans votre browser préféré :

  • paramètres d’impression en live,
  • téléchargement à distance des Gcode et lancement du print;
  • suivi en direct de la buse et de l’avancé du print;
  • webcam;
  • cartographie du bed après le leveling;

et la liste n’est pas exhaustive, surtout que vous pouvez encore venir y ajouter des macros, mais je ne m’étendrai pas sur ce point, en toute humilité je reconnais ne pas être un expert de Klipper et 3 jours ne m’ont pas suffit pour en assimiler toutes les subtilités, j’espère que vous ne m’en tiendrez pas rigeur.

FLSUN V400 image42
FLSUN V400 image85
FLSUN V400 image21
FLSUN V400 image15
FLSUN V400 image49
FLSUN V400 image23
FLSUN V400 image70
FLSUN V400 image97

2 – Les impressions et test : 

Pour l’intégralité de ce test, je suis resté sur le profil Cura 4.13.1 donné par Flsun sur la carte SD, les points essentiels et spécifiques à retenir et à souligner :

  • Profil en 0.2 de hauteur de couche
  • Epaisseur de la paroi : 0.88 pour 2 lignes
  • Infill à 10%
  • All températures : 210°
  • All débit à 100%
  • Vitesse d’impression : 400 mm/s
  • Vitesse remplissage : 300 mm/s
  • Vitesse paroi externe : 120 mm/s
  • Vitesse paroi interne : 280 mm/s
  • Vitesse surf. sup et dessus/dessous : 120 mm/s
  • Vitesse de déplacement : 400 mm/s
  • Vitesse max d’égalisation du débit : 350 mm/s
  • Les accélérations sont à 8000 mm/s²
  • La saccade de remplissage à 100 mm/s
  • La saccade de déplacement et la saccade de déplacement de la couche initiale à 100 mm/s
  • Je ne vous donne pas les valeurs de rétraction, ça sera à vous de faire le travail sur ce coup là (entre 0.6 et 1.5 pour la distance et entre 40 et 45 pour la vitesse)

Je vous livre d’abord les impressions qui était sur la carte SD, elles se passent de commentaires :

FLSUN V400 image37

Puis les miennes, vous verrez que la rétraction mérite d’être affinée, ainsi que la ventilation et les paramètres de ponts, mais rien de bien surprenant lorsqu’on utilise une nouvelle imprimante, ce sont des impondérables que tout bon maker se doit de maîtriser :

Et bien sur, je n’ai pas pu m’empêcher de faire un petit buste de Spider-man, toujours avec les paramètres listés plus haut: temps de print = 60 min pour 10 cm de haut, infil à 5%. Je me suis permis d’arrêter un des prints en cours pour vous montrer la qualité du remplissage malgré les vitesses élevées :

FLSUN V400 image64

Et enfin, un test que j’apprécie particulièrement pour ses spécificités techniques – autant en structures fines qu’en nombre de rétractions- le château vampire, mis à la taille de 200 mm de haut pour un temps final de 3H40 min, je vous laisse juge, les photos ont été prises sous différentes incidences lumineuses (pour éviter qu’on me taxe de tricheur …) :

3 – La Flsun vraiment rapide ? ou coup marketing ? :

Tout dans la V400 est taillé et destiné à la vitesse, loin d’être un coup marketing, cette V400, imprime vite et superbement bien. Le profil fourni est une excellente base de travail, peu de paramètres sont à travailler et beaucoup dépendent aussi de la qualité des matériaux que vous choisirez, ici nous sommes sur des PLA de fabrication française.

Je dois vous dire que lors des tests, Cura s’est retrouvé dans l’impossibilité de découper certains modèles en full 400 mm/s, j’entends par là toutes les vitesses à 400 mm/s (ce qui n’est pas le cas dans les paramètres du profil cité plus haut), nous étudions le problème à l’heure où j’écris l’article avec les ingénieurs de chez Flsun.

Cette V400 fera date dans l’histoire des imprimantes Delta et des imprimantes FDM en général, actuellement en prévente autour de 700€, elle devrait approcher les 800-1000 ensuite. Les prix fluctuent tellement que je ne peux m’avancer sur ce point. Elle fera date notamment avec l’utilisation de Klipper, qui, j’en mettrai ma main a coupé, risque fort de devenir le standard des machines à venir … 

Flsun et sa communauté (car il ne faut pas oublier les nombreuses contributions de la communauté Flsun à travers le monde)  ont accouché d’un monstre de vitesse capable de rivaliser avec les imprimantes les plus rapides du marché du style Voron.

Le confort d’utilisation depuis l’interface PC en natif sous Klipper est hyper appréciable. La possibilité de surveiller l’imprimante via votre tablette (Android ou IOS), juste en rentrant l’adresse IP de la machine est une fonction super appréciable. Bref, une belle réussite de la part de la marque Flsun.

Quelques points négatifs viennent cependant entacher ce tableau idyllique : 

  • abandon du petit tiroir à outils sous la machine,
  • ventilation matière un peu poussive, qui va pousser les makers à peaufiner leur paramètres de bridge et / ou de rapidement trouver un fan duct plus efficace,

Je travaille actuellement sur un profil avec le SuperSlicer qui permet d‘atteindre un full 400 et d’imprimer le buste de Spider-man en 46 min et 06 s soit une vitesse moyenne de 600 mm/s (contre 60 min sous Cura rappelez vous). J’ai filmé l’écran pour que vous puissiez voir la vitesse (cf. la vidéo ci-dessous) , comme vous allez le voir, j’ai encore de la marge pour améliorer les performances :

Pour aller plus loin :

Et pour vous présenter le travail de Cyril Ghislain sur la Super Racer :

Merci à Nozzler et à Flsun de m’avoir fait confiance pour ce test, merci aux designers et concepteurs, toujours plus nombreux à nous proposer des STL sur les sites de partages dédiés. Restez connectés sur nos réseaux et notre Insta où nous postons régulièrement nos réalisations avec les matériaux et machines testés sur Nozzler.

Retrouvez moi sur ma chaine TikTiok @guiguimaker , et sur twitter (@Marguiva).

Test réalisé par Guillaume Mercier pour Nozzler.fr

close

RELAX 😎
Inscrivez-vous pour recevoir nos dernières offres directement dans votre boîte mail. Pour en savoir plus, consultez notre Politique de confidentialité.

NOZZLER
Logo