Test de la FlashForge Adventurer 4

Bonjour à toutes et à tous. On se retrouve aujourd’hui pour le test de l’imprimante 3D DFM FlashForge Adventurer 4 ! Première FlashForge a être testée pour Nozzler, et pourtant c’est une marque que j’affectionne depuis leurs débuts. Notamment lors des premières copies de Makerbot Replicator. C’était il y a quelques années déjà, mais la marque a su se faire une place de choix dans le milieu de l’impression 3d.

Flashforge Adventurer 4 1658590417142

L’imprimante qui a servie pour ce test a été fournie par FlashForge. Retrouvez leur shop direct ici : LIEN, et bien entendu le coupon permanent de -5% négocié exclusivement pour Nozzler : LIEN

Présentation de la marque :

FlashForge est une marque chinoise créée en 2011 et spécialisée dans la fabrication d’imprimante 3D. Au fil des années ils ont su développer des machines offrant de très bon résultats et ont également développé les suites logiciels qui permettent d’utiliser les machines avec le plus de simplicité possible.

On retrouve aujourd’hui la marque Flashforge dans les principaux domaines de l’impression 3d : Imprimante FDM et résine, autant pour particuliers que pour les professionnels. Ils produisent également des consommable comme du filament, de la résine.

Je vous laisserais même découvrir une imprimante Wax…. ça donne des idées : LIEN

Unboxing :

Retrouvez la vidéo réalisée lors de l’unboxing de l’imprimante. Elle est grande, lourde, volumineuse… Ce n’était pas l’unboxing le plus simple à réaliser.

Comme vous pourrez le constater, l’imprimante est très bien emballée. Les accessoires sont présents à l’intérieur du polystyrène se trouvant dans l’imprimante. Pensez donc à vérifier les emballages avant de les jeter !

Les caractéristiques de la FlashForge Adventurer 4 :

  • imprimante entièrement fermée
  • dimension de plateau : 220x200x250mm
  • dimension de la machine : 530x480x550mm
  • plateau buildtak flexible , temp max 110°C
  • Hotend interchangeable par clips, temp max 265°C
    (4 versions disponibles : 0.4mm/240° (fournis par défaut) – 0.3mm/240° – 0.4mm/265° – 0.6mm/265°)
  • Capteur de fin de filament
  • Reprise d’impression
  • Camera intégrée
  • Filtre à air intégrée HEPA13
  • Drivers silencieux
  • Cloud Printing (connexion Ethernet et Wifi)
  • porte bobine intégré et fermé

Je vais profiter de cette partie du test pour vous faire découvrir les entrailles de la bête ! Vous allez vous rendre contre que sur ce coup, on est sur un autre niveau. Poir l’axe Y, fini les NEMA17, fini les courroies 2GT/6mm classiques qu’on trouve sur la majorité des imprimantes, ici on est sur de la courroie de transmission de 12mm de large !
Le tout monté sur une moteur pas à pas BOHONG 57HB56F2A.

DATASHEET BOHONG 57HB56F2A

datasheet moteur 57HB56F2A
datasheet moteur 57HB56F2A 2
datasheet moteur 57HB56F2A 3

Côté carte mère, du nom de code FFP0187_Main_Board_V1.0.3, on retrouve un SoC ALLWIINER TECH V3s qui embarque un CPU ARM Cortex A7 et 64MB DDR2 RAM, la puce N32G455 REL7 (MCUs 32-bit ARM Cortex-M4 core) de chez NationS, ainsi qu’un eMMC de 8Gb de chez FORESEE.
Pour les drivers ce sont tous les 4 des TMC2209 intégrés à la carte mère. Des dissipateurs sur tous les drivers, couplés à un ventilateur permettent un bon refroidissement du socle de la machine.
On remarquera sur les photos si dessous, que le cable managment est parfait, et que l’ensemble de la machine est fixée sur une base alu fraisé. C’est beau, c’est propre, c’est sur mesure. Bravo Flashforge pour ce travail !

Regardez la facilité du changement de tête :

Quand vous achetez une tête, elle est livrée avec une valeur « Nozzler Temp Cali ». Il ne faut pas oublier d’enregistrer cette valeur dans l’imprimante à l’aide de l’écran tactile.

Tests :

Pour réaliser ses tests, j’ai utilisé le slicer proposé par la marque. Pendant un temps sur un ordinateur Mac, et pour finir sur un ordinateur Windows. Je n’ai utilisé que le Wifi pour téléverser les gcodes depuis FlashPrint vers l’imprimante. Une version du soft pour Linux est même disponible.
De mon côté je trouve que le soft est très intuitif et très facile d’utilisation. Il faut pas non plus vouloir rentrer trop dans le détail des réglages, mais en même temps ça va bien avec la philosophie Full Plug&Play de Flashforge.
L’interface est très fluide, c’est facile de se connecter à son imprimante, au top.

Durant mes tests j’ai rencontré quelques problèmes de connexion entre le soft et l’imprimante depuis un laptop Mac. Aucun problème sur sous Windows.

Le soft permet une gestion multimachine, donc très bon si vous partez si une utilisation type farming. La caméra de l’imprimante est accessible depuis le soft, mais le résultat n’est pas franchement top. C’est juste une caméra de « contrôle ». On peut également contrôler la LED de la tête d’impression, ou encore prendre une photo.

Flashforge Adventurer 4 Capture decran 2022 06 01 a 16.25.58
Fenêtre de la camera via l’application FlashPrint

C’est parti pour les prints !

Les Gcodes fournis avec l’imprimante et imprimés avec la bobine de PLA également fournie :

C’est beau c’est fluide, les prints sont très propres. Rien à faire à part un leveling de base.

Le benchy boat des familles. Aucun paramètres n’a été modifié sur le soft. J’ai juste sélectionné l’imprimante, le profil 0.2mm pour le PLA, slicé et hop, voici le résultat.

Oui l’option RAFT est automatiquement validée. Je trouve ça dommage, mais c’est un moyen pour Flashforge d’assurer les prints de débutants qui auraient sous estimé l’importance du leveling.

En parlant du leveling, j’en profite pour parler d’un point qui m’a perturbé. J’ai très vite enchainé les premiers prints durant ce test; et je me suis retrouvé plusieurs fois obligé de refaire le leveling de la machine. J’ai du mal à comprendre pourquoi vu que le plateau est fixe, et que le leveling ne se fait que de manière logiciel. Le capteur de fin de course du Z est optique (comme tous les autres d’ailleurs) donc difficile de croire à un problème de précision de ce côté. Néanmoins après 5 ou 6 leveling ça a fini par se stabiliser et j’imprime maintenant quasiment à l’aveugle.

Quelques prints réalisés à la suite :

Flashforge Adventurer 4 IMG 20220524 203650

Voici à quoi ressemble l’écran tactile quand on lance un print. Flashforge annonce une température de 200°C atteinte en 60sec. Je confirme, et je peux même vous dire que c’est plus rapide que ça ! ça chauffe à une vitesse incroyable !

Flashforge Adventurer 4 1658584064919
Flashforge Adventurer 4 IMG 20220530 220311
Flashforge Adventurer 4 IMG 20220530 220512
Flashforge Adventurer 4 IMG 20220602 082720
un petit fail, quand on oublie le up en z c’est quasiment obligatoire
Flashforge Adventurer 4 IMG 20220601 113156
La version plus petite, sans problèmes

Après le PLA, quelques prints en PETG :

Un portant mural pour guitare :

Une poignée pour aspirateur MIELE que j’ai modélisée pour l’occasion. Vous pouvez la retrouver ici : LIEN

Un récupérateur d’eau pour gouttière. La gestion des supports est top !

Flashforge Adventurer 4 IMG 20220619 130810

Et enfin je fini cette série de print avec un bi couleur en PETG, afin de tester le capteur de fin de filament et la reprise de print. Tout s’est passé parfaitement, et aucun problème ni au chargement du filament ni à la reprise du print. Tout se passe via l’écran tactile de l’imprimante.

Flashforge Adventurer 4 IMG 20220626 224942
Flashforge Adventurer 4 IMG 20220627 002141

Une dernière chose avant de conclure. En plus de pouvoir transférer les fichiers à l’imprimante sans clé USB ou carte micro SD, l’imprimante est connectée à internet, et elle vous prévient quand il y a une mise à jour de disponible ! Il n’y a qu’à la valider et laisser faire la machine. Je vous conseil fortement de laisser la machine faire sa mise à jour tranquillement, et attendre le reboot avant de lancer un print. Parce que j’ai eu le malheur de lancer un print avant le reboot, et « d’oublier » la machine….. du coup elle n’a pas redémarré, donc pas terminée sa maj, et la tête d’impression a chauffé sans même lancer le print. Donc 2h après en revenant, j’avais une machine pas à jour, et toujours pas d’impression lancée. Par contre une tête qui avait un peu subis le moment !=)

Flashforge Adventurer 4 1658584064933

Conclusion sur la FlashForge Adventurer 4 :

Alors cette Flashforge Adventurer 4 vaut elle le coup ? Pour répondre simplement à cette question je dirais que ça dépend de vos moyens et des offres du moment. En effet actuellement je l’ai négociée à 679€ en stock europe, ce qui est un bon rapport qualité prix quand on regarde la qualité de la machine et le travail effectué par FlashForge pour vous accompagner dans le monde de l’impression 3d. Maintenant quand elle avoisine les 900€ je trouve personnellement ça un peut cher.
En mettant de côté mon âme de maker bidouille, je dois bien avouer que cette machine est au top ! Ses quelques défauts (caméra quasi inexistante et quelques soucis software sur Mac) ne jettent pas trop d’ombre au tableau. C’est une imprimante polyvalente et qui permettra à des personnes moins techniciennes de prendre du plaisir dans le monde de la fabrication additive. Je ne dirais pas que c’est aussi simple qu’une imprimante papier, mais pas loin.

La tête interchangeable par clics, c’est une tuerie et le filtre HEPA vous permet de limiter les odeurs. C’est du pur Plug&Play bien fait !

Bravo à FlashForge pour cette réussite ! et à bientôt pour de nouveaux tests.

Test réalisé par Gauthier Le Rouzic pour Nozzler.fr

close

RELAX 😎
Inscrivez-vous pour recevoir nos dernières offres directement dans votre boîte mail. Pour en savoir plus, consultez notre Politique de confidentialité.

NOZZLER
Logo