Test du filament ROSA3D Rainbow

Il n’y a pas si longtemps que ça, Guillaume a testé le Ocean Silk de la marque ROSA3D, je ne vais donc pas faire dans l’originalité sur la présentation, je lui emprunte lâchement… Ceux qui ont lu son test, peuvent passer au point suivant 😉

01
Un simple carton, une bobine bien emballée et des petites douceurs aux couleurs de la marque…
A noter le sachet refermable, c’est toujours appréciable!

Rosa3D mais qui sont-ils ?

Producteur Polonais de filament pour impression 3D, leur priorité est de fournir des produits haut de gamme, aussi bien pour le particulier et les makers du dimanche, que pour le secteur industriel et grand format.

Rosa3D met l’accent sur la qualité du processus de fabrication pour contrôler avec précision les différents processus, tels que l’alimentation du matériau, afin d’être pointu sur sa “rondeur” et sur la tolérance en matière de diamètre. Sur leur site internet, ils expliquent tester leurs filaments sur plusieurs kilos et dans des conditions extrêmes avant la mise sur le marché de leurs produits.

La société assure aussi mettre tout en œuvre pour s’inscrire dans une démarche écologique et éco-responsable : efficacité énergétique, récupération des emballages et leur recyclage, investissement en 2018 et 2019 sur des panneaux photovoltaïques pour alimenter leurs unités de production.

La société mère a été créée en 1979, puis la création de la marque Rosa 3D en 2018, avec un gros investissement sur la recherche et développement en sortant les BioWood et BioCreate, deux filaments entièrement compostables, et en investissant sur une chaîne de fabrication ultra-moderne.

Enfin je vous donne quelques chiffres, Rosa 3D c’est :

  • 70 tonnes de capacité de production par mois,
  • production de 1t/24h/5j non-stop,
  • 15 types de plastique utilisés,
  • 4 matériaux biodégradables, dont 2 compostables.

Je m’arrêterais là sur la présentation de la marque Rosa 3D et je vous encourage vivement à aller sur leur site qui joue le jeu de la transparence et du professionnalisme.

Rosa3D Rainbow Silk

La marque propose plusieurs versions du SILK suivant les coloris, un, plutôt sur une variation de bleus et de verts… et un multicolore, celui que je teste ici.

A noter que souvent, les makers considèrent que l’impression FDM est « sans risque », alors que bruler du plastique aura a minima un effet sur l’atmosphère que l’on respire… (Raison pour laquelle j’évite les impressions dans les pièces « de vie »).
Et pour cela, je tiens à souligner que ROSA3D est l’une des seules marques à fournir une MSDS en plus de l’habituelle TDS.

  • TDS : Technical Date sheet, l’habituelle description avec le diamètre, les températures d’impression…
  • MSDS : Material Safety Data Sheet, la rare fiche de sécurité du PLA

Après cette bonne initiative, à noter également que la bobine porte sur son étiquette un QR code conduisant directement …non pas à la fiche du filament, mais au configurateur de la marque et à la présentation des filaments… Une solution moins aboutie que Spectrum… que je vous montrerai lors d’un prochain test. Mais il y a compensation avec les petites douceurs 😉

Le filament RAINBOW SILK est donc un filament multicolore, conditionné en bobine de 800grs. La marque communique également les tolérances, sur l’ovalité et le diamètre, et communique même le poids de la bobine utilisée, une bonne chose pour ceux qui se demande combien il leur reste de filament… une balance, et c’est bon ! 😉
datasheet

Niveau composition, on est sur un filament composé à plus de 70% par du PLA, le restant étant constitué de pigments ainsi que de… ben d’autres additifs… sans autre détail… la magie des « silk ».

Au niveau de la colorimétrie, un petit point à noter, s’agissant de SILK, il est visuellement plus terne que d’autres SILK, qui comme on l’attend habituellement, sont « brillants ».

Le test

S’agissant d’un rainbow “long”, i.e. la transition de couleur se faisant sur plusieurs mètres, je choisis d’imprimer des modèles assez grands…. Et d’utiliser sur la Longer3D LK5 pro, pour son grand volume d’impression. 

S’agissant de grands modèles, des « lampes », il s’agit donc d’impressions sur la durée, sur plusieurs jours/dizaines d’heure…Et c’est là l’erreur que je fais… je ne surveille pas assez…Je slice la première lampe, je lance l’impression, je vérifie que tout se déroule bien sur le début…et l’imprimante étant dans le garage, confiant, je laisse l’imprimante se dérouler
Lorsque je reviens… c’est la caca…la cata… la catastrophe… ou presque… !
Beaucoup de « bullage », énormément de stringing et un rendu vraiment pas top…ce qui ne fait pas honneur au filament, et pourrait même faire croire à une bobine défectueuse !!
Avec la moitié de la bobine ou presque de partie…Vraiment dommage, car le rendu est vraiment sympa, sur un grand modèle avec une belle transition des couleurs !

04
De près… c’est déjà moins bien…va y avoir du nettoyage à faire…
05
…beaucoup de défauts et de problèmes d’extrusion et de rétractation!!

Après nettoyage et démontage, je relance une autre impression….Échec au bout de quelques couches… Le problème d’impression n’est pas du à une buse bouchée…mais – j’ai la scoumoune sur ce point – à nouveau un clone BMG mal montée !! L’engrenage s’est dévissé de l’axe dans un premier temps, permettant une rotation sur l’axe de quelques degrés, juste la rotation limitée par un bout de vis, ce qui a causé les problèmes de rétractation sur le premier test avec un stringing conséquent.
Puis dévissage complet et  ce que je pensai être un bouchage de buse était en fait qu’il n’y avait pas de filament extrudé…avec la rotation libre sur l’axe…

Bref… on remonte tout correctement, avec du frein filé, pour être certain de ne plus avoir ce type de problème…et on relance, c’est parti pour encore quelques dizaines d’heures d’impression…
Et là, le rendu est splendide. Belle tenue de couches, belles transitions de couleur comme constaté sur le premier grand test, très faible stringing malgré un modèle sollicitant les rétractations… Bref, du presque tout bon !

En conclusion

Pourquoi presque du tout bon? À cause du rendu… comme constaté sur la bobine avant impression, on est sur un aspect plus mat, moins brillant que les habituels SILK…
Ce facteur est donc à prendre en compte afin de ne pas être déçu. 

14
On voit avec le flash que le Rainbow silk (à droite) de Rosa 3D est moins brillant que d’autres silk

Pour ma part, s’agissant de lampes, l’important reste la transition de couleurs, j’en suis donc pleinement satisfait, malgré l’opacité dû à l’épaisseur des parois. Le filament s’imprime parfaitement dans sa gamme de température (tests réalisés à 200°c et 60°c pour le plateau).
Franchement, j’en arrive aux mêmes conclusions que Guillaume, ROSA3D est une très bonne marque, avec une gamme de filament vaste et qui grossit régulièrement avec l’ajout de nouvelle référence.
En somme, les makers devraient garder un œil dessus et elle gagne franchement  à être connue et reconnue !

Merci aux concepteurs des modèles de lampes qui sont du plus bel effet. Juste prendre garde à ne pas faire les parois trop épaisses, sinon, on perdra fortement en luminosité !

Lampe ZUZANNA : https://www.thingiverse.com/search?q=zuzanna+lamp&type=things&sort=relevant

Lampe Orchids (un moment disponible gratuitement sur MyMiniFactory…ce n’est plus le cas…) :
https://cults3d.com/en/3d-model/art/orchids-lamp

15

Test réalisé par Fitzgérald Duchemin pour Nozzler.fr.

close

RELAX 😎
Inscrivez-vous pour recevoir nos dernières offres directement dans votre boîte mail. Pour en savoir plus, consultez notre Politique de confidentialité.

NOZZLER
Logo