Un mois avec la NOVA

Retour après un mois avec l'imprimante 3d NOVA de chez Cosmyx 3D. Article réalisé par Fitzgérald Duchemin pour Nozzler.fr
1657230671709 2

Il y a quelques temps, déjà, je vous présentais COSMYX 3D et leur imprimante, la NOVA, et depuis l’eau a coulée sous les ponts !

COSMYX 3D est reconnue par ses pairs : Lauréat des Global Industrie Awards 2022 dans la catégorie Jeune pousse, des articles dans des médias de renom : Nozzler, L’Usine Nouvelle (Cherchez l’intrus 🙂 ), nouvelle imprimante ( la Super Nova, une Nova survitaminée!)
L’occasion de vous partager un retour d’expérience, Anthony Seddiki, le président de COSMYX (entre autres activités!) ayant mis une NOVA à disposition de NOZZLER pendant 1 mois.

Cosmyx NOVA

Présentation de la Nova

Si vous ne connaissez pas la Nova, c’est un condensé de savoirs-faire et de technologies : pour permettre une fabrication distribuée en imprimant simplement, sans difficulté.

  • Une construction « solide » orientée productivité et répétabilité, avec un grand volume (16 200 cm3 / 300 x 200 x 270 mm)
  • Des rails linéaires rectifiés HIWIN
  • Des roulements SKF
  • Une architecture HBOT avec 2 moteurs synchronisés et une courroie unique
  • Un chassis en acier robuste, avec un plateau rigide
  • Un auto nivellement inductif précis
  • Un capteur de filament, avec reprise d’impression
  • Un pilotage orienté « utilisation/utilisateur »:
    • Imprimante connectée
    • CPU Quad-core 64 bits et SSD, permettant un démarrage rapide et une fluidité exemplaire avec son écran de 7″ très réactif et un OS propriétaire, désormais basé sur KLIPPER
    • un menu complet mais simple à prendre en main pour tout utilisateur, assité par un éclairage LED 4 couleurs en fonction du statut de l’imprimante
    • Connectée afin de prendre le contrôle à distance, faire des mises à jour, et permettre l’intervention de l’équipe COSMYX si besoin.

Que vaut la Nova?

Disons le tout de suite, la NOVA est une très bonne imprimante, qui justifie son prix – qui peut paraitre élevé par rapport à une imprimante « made in China » – de par le service fourni, et des orientations prises, tant sur la conception que sur la construction.
Par exemple, si vous prenez une imprimante type VORON, pour avoir une finition correcte avec des pièces qualitatives (Rails HIWIN…) c’est au bas mot 1500 à 2000€ en sourcant en Chine… Là, il ne faut pas oublier, que COSMYX a pris l’option d’une imprimante majoritairement Franco-Européenne…. à 95%! Et donc avec des pièces « officielles » et surtout de qualité… et la qualité a un prix!

Quand je dis « bonne imprimante », est-ce que par là je veux dire que j’en ferai l’acquisition ?
Clairement non ! D’une parce que malheureusement mes finances actuelles ne me le permettent pas… Et parce qu’elle n’est pas faite pour moi ! Question de philosophie !
Oui, de philosophie d’usage.


En tant que maker, j’adore l’impression 3D, j’adore tester, essayer… modifier mes machines ! Que ce soit pour les améliorer, soit pour essayer de nouveaux équipements dessus…
Et la NOVA n’est pas faite pour ça !
Rappelez vous en début d’article, elle est orientée « productivité  » et « répétabilité » !!
Donc si vous êtes un maker ou une Entreprise (grande, PME, individuelle…), avec un besoin d’imprimer souvent ou régulièrement des pièces, que ce soit pour la vente ou le prototypage, la NOVA est faite pour vous! C’est clairement l’orientation prise par COSMYX, elle est faite pour cet usage : vous la recevez, vous l’installez et vous imprimez !
Rien de plus, rien de moins, sauf à obtenir votre impression en quelques clics, sans vous prendre la tête sur des réglages ou des paramétrages !

À l’usage :

Donc, vous recevez la NOVA (moi je suis allé la chercher à la source), et vous l’installez :
Cette opération se limite à lui trouver une place, à brancher la prise, l’allumer et la connecter au WiFi (ou la relier au réseau avec un câble ethernet/RJ45).

image
L’interface de Superslicer
image 1
Préréglages de qualité


Seconde étape, vous installez SUPERSLICER : une version spéciale fournie par COSMYX.
Cette version est pré-paramétrée pour la NOVA, elle permet une connexion directe entre l’ordinateur et la NOVA et comporte tous les paramètres de l’imprimante, ainsi qu’une liste des filaments testés par l’équipe COSMYX !

image 4
Une petite partie des filaments paramétrés

Il vous suffit donc de charger votre STL dans SUPERSLICER, de choisir le filament, le niveau de finition, de découper le fichier et de l’envoyer à l’imprimante.
À réception du gcode, l’imprimante se met en marche :
chauffes, éventuellement niveau auto puis impression… Le tout assisté par une mise en couleur indicative à l’aide de LED, ce qui permet d’un coup d’œil de savoir où l’imprimante en est. En gros vous lancez l’impression et vous n’avez qu’à la récupérer quand elle est terminée… le parallèle avec l’imprimante « papier » est assez proche !

Les tests d’impression

En conclusion

La Nova n’est pas l’imprimante ultime, mais c’est l’imprimante parfaite pour la production : livrée clef en main, elle permet d’imprimer quasi immédiatement, d’obtenir des pièces de bonne qualité sans intervention sur la machine. En plus de faire l’acquisition d’une machine majoritairement sourcée en France et en Europe (à plus de 95%), vous avez également le savoir faire et la maintenance qui l’accompagne !

En effet COSMYX fait régulièrement évoluer son socle (passage de Marlin à Klipper par exemple, ou évolution du modèle avec la Super Nova), mais assure également la maintenance, majoritairement à distance, avec la mise à jour de SuperSlicer (les profils d’impression majoritairement) ou du firmware Klipper embarqué (en profitant de la connexion réseau de la Nova!).
De même, en cas de problème technique, le support est efficace :

Par exemple, en arrivant sur la fin du test, j’ai eu des problèmes d’impression : manque de débit, d’adhérence sur le plateau ou un léger décalage en Z, impossible à corriger en refaisant le niveau.
Après contact avec l’équipe, il apparait que c’est un problème de l’architecture en H avec un défaut de la courroie qui se détend et provoque un relèvement de la tête d’impression : problème connu sur une dizaine de modèle, défaut de la courroie (renforcée acier pourtant). La marque prend évidemment le problème en charge chez les clients concernés ! C’est aussi ça l’efficacité et le service.
De même, lors du test, s’agissant d’une machine de test et de prêt, j’ai remonté quelques points à l’équipe, qui était soit connu, suite à la mise en œuvre de Klipper ou pris en compte, dans les 2 cas, les futures évolutions les corrigeront !
Cosmyx3D met donc à disposition une imprimante performante, destinée à la production en ayant pour cible les PME et l’industrie, et donc en assurant un support et une assistance en adéquation!
Je remercie encore l’équipe COSMYX3D d’avoir permis ce prêt (trop court à mon goût…. 😉 ).
Ca fait plaisir de voir une entreprise française proposer une machine largement au niveau de la concurrence sur ce créneau, et j’attends de voir les prochaines évolutions et orientations qui seront prises sous l’impulsion d’Antony et de son équipe!

Article réalisé par Fitzgérald Duchemin pour Nozzler.fr

Nous serions ravis de connaître votre avis

Laisser un commentaire

NOZZLER
Logo